Sommaire

Le principe est simple : plus la profondeur est grande plus la température du sol est constante.

Cependant, pas besoin de descendre à 10 m de profondeur ! En effet, les gains thermiques seraient faibles par rapport au coût de l'enfouissement.

Pour obtenir un rendement optimal d'échange thermique, les conduits extérieurs doivent être enterrés à une profondeur minimum de 1,10 m. À cette distance, la température du sol est à peu près constante toute l'année.

Toutefois en allant jusqu'à 2 m de profondeur on obtient une conductivité thermique encore meilleure.

Attention aux nappes phréatiques

L'étanchéité des conduits est primordiale pour assurer le bon fonctionnement du puits canadien.

Avant d'enfouir le conduit, il est impératif d'étudier le chantier pour détecter la présence :

  • de nappes phréatiques qui augmentent la pression endurée par les conduits.
  • d'eau stagnante potentiellement porteuse de bactéries, dangereuses en cas de défauts d'étanchéité.
Lire l'article Ooreka

 

Puits canadien : la résistance des tuyaux

Les conduits extérieurs doivent pouvoir supporter le poids de la terre qui les recouvre et le passage éventuel de véhicules, selon leur emplacement.

Le choix du matériau est donc primordial. Par exemple :

  • le polypropylène est spécialement conçu pour cet usage et offre donc une bonne résistance.
  • le PVC et les tuyaux de protection des câbles électriques sont moins adapté à cette usage : solidité médiocre.

Afin de vous assurer de la résistance de vos conduits, veillez à ce qu'ils soient classés SN4. Cette classe est adéquate pour une profondeur de 0,80 m à 4 m.

Lire l'article Ooreka

Nous pouvons si vous le souhaitez, vous mettre en relation avec un ou plusieurs professionnels du puits canadien. Ils pourront vous proposer un devis gratuit et sans engagement.

Ces pros peuvent vous aider